Retour à la liste

Actualités

SPIE veut un environnement de travail encore plus sûr

Short Descrption: 
En encourageant les travailleurs à signaler les situations dangereuses le plus rapidement possible, SPIE souhaite faire diminuer davantage le nombre d'accidents du travail et présenter des statistiques encore meilleures. Afin de motiver davantage ses collaborateurs, SPIE versera une contribution à la fondation To Walk Again, qui accompagne de manière professionnelle les personnes souffrant d'un handicap physique.

 

Dans le cadre de la Semaine de la sécurité, SPIE lance une grande campagne de sensibilisation autour des accidents du travail. Alors que le secteur connaît un taux de fréquence (mesure pour le nombre d'accidents) de 37,25 par an, ce chiffre est quatre fois moins élevé chez SPIE (10,8). Mais ce n'est pas assez pour SPIE. C'est pourquoi l'entreprise travaille en permanence à améliorer la sécurité au travail. L'analyse des accidents du travail chez SPIE nous apprend qu'un tiers d'entre eux sont dus à une perte de contrôle et un sur cinq à des faux mouvements.

Tous les travailleurs sont donc invités à signaler les situations potentiellement dangereuses et risquées afin que SPIE puisse réagir tout de suite et, au final, mettre en place une 'Last Minute Risk Analysis' optimale. Pour chaque risque ou danger potentiel signalé, SPIE fera un don au profit de l'asbl To Walk Again de l'ancien triathlète Marc Herremans. Cette organisation accompagne de manière professionnelle les personnes souffrant d'un handicap physique, dont les victimes d'accidents (graves) du travail, afin qu'elles puissent continuer à faire du sport.

" Avec cette initiative, nous souhaitons que nos collaborateurs signalent activement toute situation qui pourrait être améliorée. Ils doivent avoir le réflexe de réagir directement par eux-mêmes et de ne pas attendre de voir leur supérieur lors de sa tournée. Pour chaque notification, SPIE effectuera un don en faveur de To Walk Again, de sorte que des "collègues" moins chanceux puissent continuer à bénéficier d'une aide ", explique Werner Vancayseele, Quality Safety & Environment Manager chez SPIE.

Haut de page